Pellandres

Photo par Brendan Crane
Aux très estimées baronnes de cette Isle du Dragon Dormant, Jeanne de Robin et Genovefa Clerica, ainsi qu’à leur dévouée sénéchal, Angharrad verch Morridig, le bonjour et la sérénité de la part de Pellandres, dit le frère, chevalier, baron fondateur Dragon Dormant, compagnon du Croissant d’Argent et des Tygres Combattant, Porteur du gant de la courtoisie de sa grâce Isabella, Pèlerin du Havre des Glaces et Fortuné de Squamifer.

Cette missive sera sans surprise pour leurs Excellences avec qui j’ai pu échanger récemment lors d’une visite en les terres voisines du Havre des Glaces. Suite à l’annonce de notre baronne Jeanne qu’elle désirait se retirer en ses terres et que sa soeur allait retourner auprès de son professeur en Angleterre, j’ai longuement réfléchi à ma place dans la Société.

Fouillant mon coeur et mon âme, j’ai atteint le constat que je n’aspire présentement pas à la Royauté. Je n’ai pas d’intention envers régner sur le royaume de l’Est, voir TirMara si jamais ces terres, à mon désarroi, s’émanciperaient.

Cela me mena à me questionner ce que moi, un simple homme d’armes qui a bien réussi autant pour lui-même que pour les siens, pourrait apporter à notre région. Quelle mission pourrais-je envisager pour les années à venir? Comment pourrais-je, maintenant un pair du royaume, servir notre groupe. Car un groupe local fort implique un support solide à notre Principauté ET notre Royaume.

Tout cela me mène devant vous pour vous demander, bien sûr avec l’aval de nos liges du royaume de l’Est et celui des habitants de cette grande Isle, de considérer ma candidature à reprendre le mantel de baron DU Dragon Dormant, et non plus seulement le titre en tant que fondateur.
J’ai aussi apporté la question à ma douce, la baronne Valeria Laskaris, et celle-ci approuve et soutien ce désir. Elle me demande cependant de concourir seul pour le Siège, sans une baronne à mes côtés, ceci étant réservé à nos souvenirs et notre origine commune.

Ce sont là mes quelques mots tels que mis sur vellum par mon bon scribe Jacques. Longtemps ont ses doigts soufferts de ma volubilité, que sa santé soit célébrée.

Sieur Pellandres dit le Frère
Rédigé en une nuit venteuse du 4 avril AS LII